Les Presses de l’Université de Montréal
» Vimeo
» Facebook
» Twitter

Achetez ce numéro en ligne [Comment?]


Téléchargez ce numéro via Érudit (Abonnement requis)

La collection

Collection >

Volume 25 Numéro 2 (2015)

Empreintes écologiques

Les illustrations de ce numéro

Résumé

Nul besoin d’insister sur le fait que notre époque est imprégnée d’une inquiétude profonde quant à la survie de notre planète face aux diverses atteintes — récentes ou non — à sa santé écologique. Même si la musique est le plus immatériel des arts, les musiciens ne se sentent pas moins concernés que les autres artistes par la terre menacée. Plusieurs compositeurs de nos jours se réclament d’un point de vue explicitement écologiste.

— Jonathan Goldman

Le climat mondial est en train de changer et nous en subissons tous les conséquences. Les approches traditionnelles de gestion des catastrophes ne suffisent pas pour faire face à la hausse des risques, et de nouvelles formes de collaboration sont nécessaires pour inciter les personnes et les organisations à lier connaissance et action. Les artistes numériques ont-ils une responsabilité dans ce contexte? L’art informatique a-t-il un rôle à jouer?

— Ricardo Dal Farra (traduction Solenn Hellégouarch)

I understood the power of sound. It was clear that we are always hearing and listening to the world around us. And because we hear and listen to everything at the same time […], it is sound that gives us immediate information about the space we occupy. […] It is the sound around us that gives rhythm to our movements, that enables peaceful or restless feelings, that gives emotional meaning to our communications in songs, shouts, and speech, and in many different ways at different levels of awareness, it is sound that engages us with our environment and affects our actions.

— Joel Chadabe

Sommaire

114 pages. ISSN 1183-1693. ISBN 9782760636026.

Page doc@ générée par litk 0.600 le mardi 25 août 2015.
Conception et mise à jour: DIM.