Les Presses de l’Université de Montréal
» Vimeo
» Facebook
» Twitter

Achetez ce numéro en ligne [Comment?]


Téléchargez ce numéro via Érudit (Abonnement requis)

La collection

Collection >

Volume 25 Numéro 3 (2015)

Tzadik: l’esthétique discographique selon John Zorn

Numéro dirigé par François-Xavier Féron

Les illustrations de ce numéro

Résumé

À l’image de son directeur artistique, Tzadik se distingue par son éclectisme et son goût prononcé pour l’hybridation des genres musicaux. […] la maison de disques soutient avant tout les musiques qui, de par leur nature avant-gardiste, peinent à être diffusées à travers les canaux conventionnels; croyant en l’intégrité des artistes qu’il décide de produire, Zorn souhaite que chaque album soit le pur reflet de leur pensée musicale. Est-ce ce qui fait la force de Tzadik? Quelles sont les autres particularités de cette maison de disques?

— François-Xavier Féron

L’esprit d’expérimentation perpétuelle qui qualifie la philosophie de [John Zorn] trouve écho dans l’approche graphique de Chippy. Tzadik ne propose pas simplement des supports musicaux banalement emballés, mais propose plutôt des objets multisensoriels — à écouter, à toucher, à lire et à contempler. L’écrin est inscrit dans la continuité conceptuelle et esthétique du contenu.

— Karen Brunel-Lafargue

Pour qui n’aurait jamais entendu parler de Radical Jewish Culture, clarifions d’emblée: il s’agit d’une scène musicale née à New York au début des années 1990, ainsi que d’une collection d’enregistrements produits par John Zorn et sa maison de disques Tzadik. Contrairement à ce que l’association des termes pourrait évoquer, la Radical Jewish Culture ne se soucie guère d’idéologie politique ou religieuse. Elle est affaire de musiques et, in extenso, de toutes les formes d’arts produites par des artistes juifs ou non, traitant de thèmes juifs.

— David Unger

Sommaire

128 pages. ISSN 1183-1693. ISBN 9782760636323.

Page doc@ générée par litk 0.600 le mardi 15 décembre 2015.
Conception et mise à jour: DIM.