Les Presses de l’Université de Montréal
» Vimeo
» Facebook
» Twitter

Achetez ce numéro en ligne [Comment?]


Téléchargez ce numéro via Érudit (Abonnement requis)

Collection > Volume 27 Numéro 1 (2017) >

Les compositeurs face au passé musical
L’attrait pour l’écriture orchestrale dans la trajectoire de quelques compositeurs québécois

Danick Trottier

Résumé

L’article porte sur l’écriture orchestrale comme choix naturel dans la trajectoire des compositeurs québécois nés vers la fin des années 1960 et après, l’orchestre étant devenu un outil d’expression privilégié depuis l’arrivée du nouveau millénaire. Cet investissement conduit à questionner la relation que les compositeurs québécois entretiennent avec le passé musical en s’attardant à la façon dont le champ d’expérience et l’horizon d’attente éclairent le régime d’historicité dans lequel ils se meuvent et pensent l’acte de création. Ce régime d’historicité étant gouverné désormais par les contraintes du présent qui sont celles liées à la difficulté de vivre de son art, d’être joué et de durer, le moment présent semble être la catégorie temporelle qui a force de loi. L’article fait référence à des compositeurs comme Simon Bertrand, Nicole Lizée, Julien Bilodeau, Éric Champagne et bien d’autres, et s’intéresse à la façon dont le rapport au temps s’est libéré d’une caricature du métier selon un récit déterministe du passé musical.

Mots clés: compositeur, historicité, orchestre, présentisme, Québec.

Page article@27_1_04 générée par litk 0.600 le mardi 16 mai 2017.
Conception et mise à jour: DIM.